Ce texte inaugure la catégorie des créations. Nombreux doivent être ceux qui l'ont déjà lu, désolée je n'ai rien de neuf à proposer en ce moment. Bonne découverte ou re-découverte de cette petite création, écrite pour Parano.be à l'occasion d'un petit concours (que j'ai remporté ^^)



Une vibration sur sa poitrine. Il ouvre péniblement les yeux, éteint le réveil qu’il a gardé précieusement serré contre lui durant la nuit. Il effectue les gestes quotidiens à moitié endormi, regarde autour de lui dans la cuisine. Quelque chose semble avoir changé, sans qu’il puisse saisir l’origine de cette sensation.

Enfin habillé et rasé de près, il se décide à sortir. Ce soir son amie rentre tard, il lui fera la surprise d’un bon repas. A cette perspective, le sourire le gagne et c’est avec entrain qu’il sort dans la rue. Au premier virage il s’engage sur le passage piéton quand il aperçoit sur le trottoir d’en face une personne à l’air affolé. D’instinct, il regarde prestement autour de lui. A peine le temps de reculer, la voiture pile. L’accident a été évité de peu. Une grosse cylindrée comme celle-ci doit pouvoir annoncer son arrivée en fanfare en temps normal se dit-il, en essayant de calmer ses battements de cœur. Encore tremblant, il rejoint son arrêt de bus. Sur le trajet vers le supermarché, il se surprend à observer les gens autour de lui. En face de lui une vieille dame, perdue dans ses pensées. De l’autre côté de l’allée, deux jeunes enfants qui rient. A l’arrière de l’engin, un jeune couple enlacé. Ca tableau de vie le fait sourire. Il aperçoit alors un jeune adulte d’à peu près son âge. Son regard fixe le plancher et sa tête se secoue au rythme de la musique que déversent ses écouteurs. Absorbé dans sa bulle, il ne prête aucune attention à ce qui se passe autour de lui. Quel dommage ! Mais lui s’aperçoit que dans la foule les différences s’estompent, tous avancent dans un même sens, anonymes.

C’est les bras chargés de courses et des pensées plein la tête qu’il rentre chez lui. Tout à l’heure il a voulu demander le prix d’un article ; la personne de la grande surface s’est retrouvée gênée par la situation, il a fallu lui faire comprendre de montrer les chiffres sur ses doigts. Si dans la foule chacun reste inconnu et peut vivre avec ses différences, il est toujours difficile de se confronter en face à face avec nos différences. Afin de calmer son agacement, il se prépare pour une balade. Après avoir marché un moment, acheté un sandwich à un marchant ambulant fort sympathique, il s’assied dans un parc, sur un banc exposé au soleil. Son déjeuner terminé, il se plonge dans son roman. Une histoire d’elfes et de seigneur noir. Lui et ses amis adorent la science fiction, ce livre là lui a été recommandé par une de ses connaissances. Effectivement, l’histoire est prenante et le style de l’auteur rend bien la magie de ce monde. Satisfait de sa lecture, il prend le temps de regarder autour de lui à nouveau. Il semble que son sens du détail se soit développé ces derniers temps. Tel un voyeur impudique il observe. Les comportements des personnes qu’il voit, leurs gestes, leurs mimiques sont autant d’expressions qui lui permettent de rentrer dans leur intimité et leurs discussions. Un groupe de jeunes gens joue un peu plus loin. Il regrette de ne pouvoir percevoir la mélodie qui s’échappe des cordes instrumentales et vocales. Il se dit que cela doit lui manquer, à elle. Et pourtant il reste là, à regarder ces personnes. Et le tableau qu’il a sous les yeux se transforme peu à peu en un véritable ballet de vie avec le vent comme chef d’orchestre, l’odeur provenant de la baraque ambulante donnant le ton, et les musiciens, ces promeneurs anonymes jouant la musique de la vie.

L’heure tourne. Il prend le chemin du retour, salue son voisin de palier qu’il croise en arrivant, et une fois dans la cuisine se met au travail. Tout comme le parc, son lieu de vie est devenu différent, véritable jeu de couleurs, de formes et d’odeurs qui changent sa perception de l’endroit. Il sourit. Pour la première fois de sa vie il a l’impression d’avoir les yeux réellement ouverts sur le monde et d’en percevoir l’essentiel.

20h, à peine le temps de se connecter sur Parano pour lire ses messages personnels et y répondre, qu’un doux parfum l’avertit de son arrivée. Il l’embrasse et l’invite à s’installer dans le salon pendant qu’il va chercher le dîner. Le temps passe vite à ses côtés, tandis qu’ils discutent de tout et de rien. Une lumière s’allume au-dessus de la porte du salon. Quelqu’un leur rend visite. Il va ouvrir la porte. Le visiteur, un ami de longue date commence à articuler des sons qu’il n’entend pas. Il réalise alors une chose…. Et enlève les bouchons qui emplissent ses oreilles. Pour elle, il avait voulu plonger dans un monde qui n’était pas le sien. Grâce à elle il avait vu un autre monde, une autre vie, il avait vraiment ouvert les yeux et senti la vie. Il ne serait pas prêt de l’oublier.

copyright E.F.