Je te prends dans mes mains et t'amène tout contre moi, te sortant de ta retraite. Tu es si délicat, si fragile, que j'ai toujours peur de t'abîmer. Ta surface lisse est un plaisir à caresser. Je ne m'attarde jamais bien longtemps sur celle-ci, préférant t'effeuiller délicatement, doucement, avec tendresse. Et tandis que mes mains travaillent sur ton corps si doux, un sourire flotte sur mes lèvres, mes yeux brillent de plaisir. Pour rien au monde je n'abrègerait cet instant.

Une fois que je t'ai dénudé, je t'observe, méthodiquement. Tout en glissant mes yeux sur ton corps, mon doigt suit mon regard, suivant le chemin logique pour ta découverte. Et selon les jours, je ris, je pleure, je frissonne, j'ai peur... Toujours différent, inattendu, plein de couleurs, de surprises, tu m'offres toujours des sensations exceptionnelles. Je peux t'avoir parcouru plusieurs fois déjà que tu réveilleras en moi les mêmes émotions qu'auparavant.

Tu es fidèle, tu ne changes pas. Tu reste dans le coin que je t'ai assigné, attendant que mes mains te délivrent pour te découvrir encore une fois. Moi par contre, je te suis infidèle. Nombre de tes semblables gisent chez moi, attendant chacun la faveur suprême, le toucher qui les réveillera à leur tour, afin de déverser en moi toutes les émotions qu'ils contiennent. Je n'en ai jamais assez. Je vous aime tous. Petits, grands, colorés ou non, drôles et tristes, souples ou raides, je vous porte tous dans mon coeur. Bien sûr, j'en préfère à d'autres, c'est une triste réalité. Mais ceux que je n'aime pas sont vites oubliés par ces nouvelles couleurs, formes et émotions que de nouveaux vont m'apporter.

Je ne saurai vivre sans toi, sans vous. Vous me permettez l'évasion d'un monde un peu trop gris qui m'oppresse souvent. Ma vie serait triste sans votre existence. C'est pourquoi j'aime à vous découvrir, partout où vous pourriez vous trouver, que je vous possède ou vous emprunte à une autre âme qui tient à vous au moins autant que moi. Bandes dessinées comme romans, je vous chéris. J'aime votre contact, vos mondes, vos couleurs ou vos mots. Livres, vous êtes ma passion dévorante. Chaque jour vous m'apprenez, vous me donnez et je prends sans retenue ces émotions que vous contenez. Aujourd'hui comblée, il me reste encore plusieurs volumes encore vierges sur une étagère, n'attendant que moi. D'ici quelques minutes, l'un d'entre eux sera enfin libéré...