La larve dort environ 9h par nuit. Bien sûr, si elle le pouvait, elle étendrait ce territoire de sommeil à 11h la nuitée. Mais voilà, la larve a choisi en son âme et conscience de prendre ses cachets à 9h le matin, donc la larve, dans un effort surhumain se glisse hors de son antre chaud et accueillant pour aller quérir la pitance nécessaire à l'assimilation de ses cachets.

Ensuite, la larve attend. Trois quarts d'heure, une heure. Une violente vague de sommeil, la première de la journée, la prend dans ses filets. Et la voici qui retourne sous son cocon moelleux récupérer de son déjeuner chimique.

L'estomac la travaillant, ou son réveil étant branché, la larve finit par se lever un peu avant midi, le temps de reprendre ses esprits et de penser à se nourrir, prenant au passage un autre petit cachet. Si elle n'a pas trop dormi le matin, la larve se recouche immédiatement pour la sieste digestive de l'après-midi. Sinon, elle attend au moins une demi-heure avant de se replonger dans les bras de Morphée.

Vers 17h, la larve émerge, bien que baillant toujours à s'en décrocher la mâchoire, le sommeil l'a quitté un instant. Du coup elle se contente de s'assoir sur son canapé et d'écrire des notes de blog. Si elle n'arrive pas à écrire, rester assise sur le canapé suffit. Plus tard il faudra manger et ingurgiter le dernier cachet de la journée. Alors la larve, apaisée, pourra allée se coucher pour ses quelques 9h de sommeil nocturne, en attendant le début d'une nouvelle journée.

Mais la bonne nouvelle dans tout ça, c'est que la larve a la capacité de s'adapter à ses petits cachets. Et au fil du temps, de cette larve molle et sans envie, naîtra un papillon magnifique qui n'aura pas peur de déployer ses ailes.