Moi : Tu veux un yaourt en dessert ?
Lui : Oui
**30 secondes de pause**
Moi : Tu veux un yaourt en dessert ?
Lui : Tu me l'a demandé il y a moins d'une minute et je t'ai dit oui.
Moi : Ah bon ?

Non, je ne me suis pas mise dans la peau d'un poisson rouge (j'ai grossi, je rentre plus dedans). Mais depuis des mois, ma concentration me fait quelque peu défaut. Enfin, si peu, si peu. Tellement peu que je n'arrive même pas à finir mes phrases parfois parce que je ne me rappelle plus du début. Tellement peu que je peux dire un mot à la place d'un autre sans m'en rendre compte, à moins que quelqu'un ne rigole ou ne me le fasse remarquer.

Tout oublier et ne rien retenir. Ce n'est pas un sentiment facile à vivre. On a l'impression que plein de choses nous échappent. Je n'arrive plus à me concentrer sur un roman, cela me demande bien trop d'efforts. Je suis obligée de poser plusieurs fois les mêmes questions aux gens, en sachant bien que ça les énerve à force. Même si je me force à écouter ce qu'on me dit, j'ai un coucou qui me passe dans la tête et détourne mon attention (non, ça ne fait pas mal une fois qu'on a l'habitude)...

Je crois que je vais devoir me mettre des bouchons dans les oreilles. Ben oui, pour éviter au cerveau ramolli de couler par là. Peut être que je devrais faire pareil au nez aussi, histoire de ne pas risquer de tout perdre de façon inattendue.

Enfin je dis ça, peut être que c'est déjà trop tard. Peut être que ces symptômes sont justement là parce que j'ai perdu de la cervelle par inadvertance en dormant ou ailleurs, sans m'en apercevoir. Mais bon, autant garder le peu qu'il reste en place. Je ne sais pas encore comment, mais il se pourrait que ça serve un de ces jours.