Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai le dodo énergique. Tout le monde a des périodes de cauchemar et je n'échappe pas à la règle. Enfin, chez moi c'est très récurrent. Le style de rêve aussi.

Mes « préférés », c'est me faire poursuivre par un psychopathe ou une bestiole qui veut me tuer de façon assez violente (même pas ils chercheraient à m'endormir avant de me tuer proprement). Les tueurs en série (ne) sont (pas) mes amis. Depuis le temps je commence à savoir ce qu'il ne faut pas faire (genre se cacher sous le lit, ça ne marche pas). Par contre, courir ça épuise. Et bizarrement ils arrivent toujours à me rattraper. Les dinosaures c'est encore pire. Plutôt que de contourner les meubles, ça écrase tout. Et vu leur taille, ils sont plus forts à la course à pied qu'un plouc qui fuit pour sa vie. Du coup j'ai un jour péri sous la patte d'un tyrannosaure. Bah, c'est moins sanglant que d'être égorgée et de voir la lueur de folie dans les yeux de son assassin.

Par contre il y a une fois où j'ai eu de quoi être fière de moi. J'ai survécu à une épidémie zombificatrice à St Malo. Je m'étais cachée dans un grenier de blé et j'ai pu me nourrir quelques mois en attendant qu'ils crèvent faute de nourriture (St Malo avait été isolée, forcément). C'est rare que je m'en sorte. M'enfin avant de trouver ma cachette j'en ai bavé. Par contre je ne sais pas comment j'ai fait pour l'eau, après tout c'est un rêve, il ne faut pas chercher la cohérence.

Les Zombis reviennent assez souvent dans mes cauchemars. La plupart du temps il s'agit d'une grosse course à la survie, je ne me fais pas bouffer mais je ne m'en sors pas non plus. Je me rappelle d'une fois particulièrement horrible où j'avais dû laisser mon petit frère (qui avait environ 8 ans) tout seul sous un carton en pleine rue le temps d'emmener mon autre petit frère (qui logiquement devait avoir 11 ans) chez mon père pas très loin de là. Sauf qu'une fois arrivés, alors que le soulagement d'en avoir sauvé un m'envahissait déjà, mon gentil papa a tordu le coup à mon petit frère chéri sous mes yeux. Je ne crois pas m'en être encore remise de celui-là.

J'essaye souvent de sauver des gens aussi. Une fois c'était un homme poursuivi par une espèce de sorcière qui savait toujours où nous trouver. Usant. Il fallait toujours courir, sauter de partout... La plupart du temps je me contente de courir, de fuir devant quelque chose d'inconnu mais de menaçant. A pied, à vélo, jamais à cheval (ça doit être que j'aime trop les chevaux), il me faut détaler le plus loin et le plus vite possible. Et des fois le décor n'aide pas, en se modifiant, créant des collines...

Le pire dans tous mes cauchemars, c'est qu'ils me semblent trop réels. Tenez par exemple une fois j'ai rêvé que je faisais les courses et que j'achetais du fromage. Et bien figurez-vous que le lendemain au supermarché je n'ai pas pris de fromage parce que j'étais persuadée d'en avoir plein le frigo ! Nan mais ça peut être dangereux des trucs comme ça.

Heureusement il y a des rêves plus agréables. L'autre nuit j'ai écrit un roman policier en dormant. Mais évidemment, c'est toujours de ces songes là dont je ne me rappelle jamais...