La semaine du 11 mai était clairement sous le signe de la bande dessinée. Sous l'impulsion de Silvina Pratt, fille du célèbre auteur, le bar Le Guépin et la librairie Story BD avaient organisé expositions, concerts et rencontres dans la petite rue nantaise. (Petite note à mon papa : j'ai tourné au 7UP et au Perrier hein)

Malheureusement, pas de photos pour cet événement, j'ai préféré profiter plutôt que de mitrailler.

Bonne ambiance, décontraction, disponibilité ont été maîtres mots tout au long de cette semaine, malgré le vent et parfois la pluie. Anecdotes, dédicaces, simples échanges, il fait bon de parler avec les auteurs de la région.



Pour ma part, j'ai pu revoir Hervé Tanquerelle, en profitant pour découvrir une ancienne série : « Le Legs de l'alchimiste », scénarisée par Hubert dont j'apprécie également le travail. J'ai découvert Willow, dessinateur de « La fabuleuse histoire du chocolat/café/thé » qui a un trait vraiment intéressant et qui est d'une gentillesse à toute épreuve.

Retrouvailles avec Yoann, qui m'avait bien imprimée lors du festival de Chalonnes. Toujours aussi intéressant et toujours aussi talentueux (j'ai eu un ti koala cette fois). Premier achat de Toto l'ornithorynque que j'avais envie de découvrir depuis pas mal de temps, série d'aventure animalière tout mignonne. La surprise ce jour-là a été la visite des auteurs de « Ticayou, le petit Cro-Magnon », Priscille Mahieu et Eric Le Brun, qui sont vraiment adorables et que je retrouverai avec plaisir en septembre normalement pour une dédicace à Story BD. Je vous invite à découvrir cette petite BD muette sur un petit homme des cavernes bien débrouillard, bien documentée et charmante comme tout.

 

(Toto l'ornithorynque et Ticayou)


Arno Monin a fait couler beaucoup d'encre avec sa première série « L'envolée sauvage », du coup j'ai profité de sa venue pour la découvrir. Et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié. Drame et poésie se mêle admirablement et le trait d'Arno est très expressif. De plus, ce jeune homme est vraiment très sympathique, ce qui nous a valu une belle conversation le samedi matin, notamment sur sa dernière BD « L'enfant maudit t.1 ».

 


La samedi midi nous avons décollé (en voiture) pour Montreuil-Bellay où l'Espagne était à l'honneur. Ana Miralles, dessinatrice de la célèbre série « Djinn » était la tête d'affiche. Mais même si nous sommes devenus admirateurs de la dame, nous n'espérions même pas l'approcher. Avec raison, au vu de la file impressionnante. Mais pas grave, moi je venais surtout pour Ruben Pellejero. Et je l'ai rencontré. Et je suis comblée, ravie. Ce Monsieur de la BD est d'une gentillesse et d'une humilité à toute épreuve. Nous avons parlé un peu patois franco-espagnol, c'était rigolo, très sympa. Et pour mon plus grand bonheur je vais l'interviewer par mail dans un futur proche. En partant j'étais sur un petit nuage. C'est pour des rencontres comme ça que je vais en festival.

 


Mais il y avait aussi Tirso Cons et Javi Montes, respectivement dessinateur et coloriste de la série « Le manoir des murmures », conte noir peuplé de monstres, vraiment intéressante dans la catégorie des divertissements. Cette fois le patois aura été plutôt spanglish, ces messieurs ne maîtrisant pas du tout le français. De joyeux drilles ceux-là, pas mal bavards (ce que je n'ai pas manqué de leur faire remarquer ^^). La vague espagnole est décidément à suivre de près (l'italienne aussi, mais ce n'était pas le jour pour ^^).





Bref, la semaine fut très chargée en BD, surtout en rencontres, accompagnées de belles expos. Une semaine comme on aimerait en vivre toutes les semaines lorsqu'on est bédéphile. Mon seul regret est de n'avoir pas pu rencontrer Cyril Pedrosa, présent le samedi après-midi seulement à Nantes. Mais dans sa grande gentillesse (je l'utilise beaucoup ce mot, non ?), il nous a tout de même fait des dédicaces. J'espère avoir l'occasion de le rencontrer un de ces jours pour le remercier en personne.

Pour voir toutes les dédicaces, il faut comme d'habitude voir le bas de la page dédiée


Bon, maintenant, retour à la réalité... (aïe)