Depuis fin juillet, une loi est passée concernant la vente d'alcool en station service. Elle interdit toute vente d'alcool frais et autorise la vente d'alcool stocké à température ambiante de 8h à 18h seulement. Quand on sait que notre clientèle est constituée le matin d'ouvriers et le soir de d'jeunz, il n'est pas difficile de voir le manque à gagner et de deviner les petits soucis qu'a engendrée l'application de cette loi. Ceci dit, j'approuve des deux mains (et même des deux pieds, mais j'ai peur de tomber), vu les comportements liés à l'alcool que j'ai pu apercevoir en moins de deux mois.

J'ai déjà toujours peur quand une personne prend uniquement un sandwich et une bière. Soit elle ne boit pas jusqu'à rentrer chez elle, soit... bibine au volant (mort au tournant). Bon, de temps en temps ceux-là sont accompagnés. Mais quant à savoir qui conduit... mystère.

Le pire que j'ai pu voir, c'était un routier. Camion à peine insérer sur la station, mal garé, bouchant l'accès à la pompe. Le type descend, vient rapidement, se dirige droit vers la bibine, me ramène une bouteille en verre genre Kro ou Ken en me demandant « vous z'avez pas une timballe ? ». Alors moi, déjà « timballe » ce n'est pas un mot qui me parle. « Ben un goblet quoi ! ». Ah, oui. Bon, il repart bouteille et gobelet sous le bras, encore plus pressé. Et plutôt que de débloquer vite fait les accès et repartir joyeusement dans la campagne, son premier réflexe est... de se servir un verre (ouais, je sais, pas vraiment de suspense). Là je blêmis et je passe à autre chose, parce que des cons on en voit tous les jours, même si celui-là met sa vie en danger en plus de la sienne.

Mais bon. La nouvelle loi fait beaucoup parler, surtout nos anciens consommateurs du matin et du soir. Commençons par la pire discussion que j'ai eu avec un habitué passé prendre un café un soir. En gros pour lui, ça ne sert à rien comme loi parce qu'on peut toujours aller au supermarché si on veut vraiment boire. Bon, passe encore. Mais surtout, 4 Kro ça fait même pas virer le ballon alors pourquoi on nous emmerde ? (écarquillement des zoeils, battement rapide des cils, bouche bée, filet de bave en commissure des lèvres). 

En essayant d'amener la conversation sur un terrain sensé, je n'ai pu que me rendre compte que cette personne n'a aucune conscience des dangers de l'alcool au volant et pense que c'est dangereux uniquement si on se sent bourré. Si c'est ça, qu'on interdisse totalement la vente d'alcool en station service. D'ailleurs on va surement y venir. Ce qui est malheureux, c'est que le chiffre d'affaire des boutique est en grande partie dû à l'alcool. 

Mais bref, il ne faut pas boire avant conduire, même une bière, ça ralentit les réflexes de façon pas forcément perceptible et en plus les effets d'une même quantité dépendent de la corpulence et de l'état de fatigue de la personne (entre autre).

En tout cas, ça donne des situations cocasses, les horaires restreints. Un matin un ouvrier allant sur Angers me demande à prendre une bière à 6h du matin. Je lui explique que ce n'est pas possible. Il essaye de négocier : « je te la prends maintenant, je te la paye et tu l'encaisses qu'à 8h ». Ben voyons... Et lui d'enchaîner devant mon refus « et si Sarko il se pointe là et qu'il veut une bière ? » (t'as raison mon gars, je suis mega supporter du Président et je vais même bafouer la loi devant lui...). « Et bien monsieur Sarko irait se faire voir chez les Grecs, comme tout le monde ». Marrant, depuis cet épisode, j'ai l'impression qu'il me respecte plus...

Sinon la plupart du temps j'ai droit aux « c'est vraiment pas possible ? ». Ben non. Surtout pour celui qui passe à 6h du matin et part en me disant « bonne soirée », je crois qu'il n'en a pas besoin. Des fois il y a le chantage implicite « ah mais je ne pourrais pas repasser plus tard » (sous entendu : tu veux faire ton chiffre, file moi mon pack tout de suite). 

Ils sont drôles des fois les clients. Mais pas assez souvent en fait. Et rarement quand l'alcool s'invite dans l'équation.