Bref, bobonne est de retour, pour me jouer un mauvais tour. Et je me rend compte que je commence à prendre toutes ces idioties trop à coeur, me maudissant parce qu'un plat ne ressemble pas à l'idée que je m'en faisais, m'énervant devant le tas de vaisselle ("Mais comment fais-il pour grossir aussi vite ?") ou le manque de réponse à des questions du genre "qu'est-ce que tu veux manger ce soir ?".

Certes, on fait avec ce qu'on a, mais tout de même, la vie ne se limite pas au palier de l'appart' et à la propreté du linge ou la qualité de la bouffe. Il fallait remédier à ça, surtout que je commençais à lorgner sur les tabliers, accessoire ultime, aussi associé à l'image de la ménagère que les menottes à celle du condamné.

Attention, je n'ai rien contre les femmes au foyer, non. Seulement je ne pense vraiment pas en faire une bonne. Le pétage de câble n'étant pas très loin, il fallait introduire un peu de changement.

Et bien je dois dire que faire la bouffe sur du Thérion, se doucher avec Tristania ou faire la vaisselle en chantant du Within Temptation, ça change tout. Après avoir eu l'impression d'être castrée, l'impression qu'on me les a replacées où il fallait. Réaffirmée je suis. 

Petite dédicace pour Yoze :

Texte de remplacement (courte description)