Rendez-vous Pôle Emploi !

Hourra ! Enfin ! Miracle ! Joie ! J'ai vu une conseillère du Pôle Emploi. Comme je suis marquée en recherche de job "libraire", j'ai la joie d'avoir une conseillère chargée du commerce. Et on a pu voir qu'il n'y a que des boulots de vendeuse dans tout sauf la librairie (mais je le savais déjà). Du coup, comme je ne peux pas faire de bilan de compétences (mon projet n'est pas assez précis, m'voyeeeez), elle décide de m'envoyer à Motiv'Action, parce que c'est sensé prendre en compte le psychologique autant que la pratique du retour à l'emploi (lol, comme dirait l'autre).

Motivvvvvvvv... ACTION !

Joli nom, hein ? Au premier rendez-vous j'étais méfiante, comme toujours. Mais on me propose de faire des petits bilans de personnalité. Ok, ça me semble un bon départ. Résultat : "bon ben je vous avais déjà cerné, ça nous apprend rien". Hourra -__-'
Et au 3è rendez-vous elle me dit qu'elle ne peux plus grand chose pour moi tant que je ne déciderai pas d'un projet précis. Ben... je cherche de l'aide pour un projet précis hein, c'pour ça entre autre que j'suis là. Ca part aussi dans tous les sens, d'une part à cause de moi (faut que je trouve vite un truc pour bouffer mais aussi un autre projet) et d'elle (qui lance plein de pistes et ne revient pas forcément deçu, comme le fait de me faire regarder la fonction publique (alors que moi et les administrations...). Finalement, au 4è on a l'air de s'être mise un peu d'accord, à suivre. 

Vous reprendrez bien un hamburger ?

Côté motivation par contre, c'est dans les chaussettes. Apparemment ma seule perspective est toujours la même : supermarché, fasts food et autres réjouissants lieux de vie et d'amour. Et je freine des deux pieds. Ben voui. Bizarrement, ça me fiche le bourdon et j'ai pas envie d'aller bosser là bas, même pour sortir de ma misère. C'est con, j'essaye de me taper un peu pour me forcer, mais ça marche pô encore (peut être que le compte dans l'écarlate m'aidera plus).
Il faudrait aussi que je cherche un job d'été. Hourra, à mes perspectives déjà réjouissantes, je peux rajouter l'usine, notamment agricole. Et il faut le faire maintenant pour juin/juillet. Alors que j'aimerais encore voir si je peux trouver des alternatives, que je sais/sens inexistantes et que donc je fais que me rendre aveugle sur une situation pas évidente. 

Il faudrait donc que je fasse "plouf plouf" parmi ces joyeux emplois pour me sortir de ma merde monétaire et sociale. Mais je bloque. J'aimerais construire un vrai projet et gagner un peu de sous avec un job qui ne me donnera pas la nausée à l'idée de le pratiquer (même s'il n'y a pas de sots métiers et tout et tout, mais c'est un peu comme un échec après bac+5 et toute cette souffrance que de retourner encore une année là bas)(même si je ne dois pas le prendre comme ça, bla bla bla).

Alors par rapport au départ on en est... pas loin du départ, ok.

Pas trop le moral, trop d'exigences, pas de vision à moyen et long terme. C'est saoulant.
Il faudrait que j'aille en interim chercher des petites missions, mais j'ai aussi peur des moyennes et longues missions. Le mieux est encore d'aller voir, mais d'abord faut laisser la trouille au placard et elle est assez collante.

Un projet ?

Tout le monde sait que mon truc c'est les livres, le milieu littéraire, voire culturel au sens large. Et donc j'aimerais aller là bas. Maiiiiis. C'est évidemment le premier secteur à fermer ses recrutements en cas de crise, c'est un secteur attractif et il y a déjà plus de diplômés que de postes alors que je n'ai pas de qualif'... Les obstacles sont plus que nombreux, à la limite de l'insurmontable. J'aimerais trouver un compromis qui m'aille, mais je ne vois pas pour l'instant de solution à court ou moyen terme. Sachant qu'en plus je n'ai pas d'idée précise de métiers.

Le positif quand même : animation

6 jours de formation d'animatrice scientifique (tout public, toute structure) avec une asso, dont une journée en animation sur le terrain en salon. Les premiers jours je me demandais vraiment ce que je faisais là, la fin s'est plutôt bien passée. Bien sûr je me demande toujours ce que je fous là et si j'ai l'étoffe d'une animatrice, vu que je suis hyper coincée à côté des autres, que j'ai du mal à acquérir la démarche et tout et tout, mais je me suis un peu prise au jeu. Demain je vais observer une séance en maison de retraite et jeudi et vendredi je vais observer et co animer peut être sur le thème du développement durable et de la biodiversité en plein centre ville. Si j'y prends goûts et si je fais assez de trucs avec eux, il se pourrait que j'obtienne des contrats de vacataire. Evidemment, c'est pas trop anticipable et le temps presse pour que je trouve quelque chose. Pas de bol, j'ai du mal à y renoncer et à passer à une recherche plus "sure" pour assurer l'été financièrement. Mais bon, cf paragraphes précédents quoi. ^^

Hop, bilan de mars : check.